Un téléphone abandonné dans 1 foyer français sur 2

Un téléphone abandonné dans 1 foyer français sur 2

Pourquoi abandonner son téléphone ?

Le 31 octobre 2012, la société Lookout spécialisée dans la sécurité mobile révélait que l’on trouvait à minima un téléphone non utilisé chez 62% des américains. Les raisons sont multiples : volonté de garder certaines données, peur d’en perdre d’autres, connaissance insuffisante des solutions de recyclage, sécurité d’avoir un appareil de rechange disponible en cas de pépin…

Ce dernier argument rappelle le non-sens écologique dans lequel l’obsolescence programmée nous enferme. Derrière ce principe, il y a l’idée de fabriquer des produits qui ne durent pas dans le temps, en tout cas pas trop longtemps, pour, nécessairement, pousser à l’achat de nouveaux produits. Si ce principe est plus ou moins consciemment utilisé par différentes entreprises dans différents secteurs, un exemple flagrant est le suivant : lorsque l’on veut faire réparer son téléphone ou son ordinateur, on nous annonce souvent que cela reviendra plus cher que d’en acheter un nouveau. On est dans le non-sens écologique, dans le non-recyclage, la non-utilisation de matériaux renouvelables et/ou substituables.

La sécurité, la peur de ne pas avoir effacé toutes les données personnelles est un véritable sujet, qui demande autant de communication de la part des ayants droits que d’éducation du consommateur : la société Lookout rappelle d’ailleurs sur son site quelques principes à suivre : utiliser un mot de passe, se méfier des applications qui proposent gratuitement des applications généralement payantes, utiliser un antivirus sur son mobile…

Existe-t-il vraiment des solutions ?

Evidemment – malheureusement, le consommateur est très peu sensibilisé et, surtout, incité à recycler son téléphone, principalement par la faute de l’obsolescence programmée.

Dernière en date, un « Eco-ATM », proposé par…ecoATM, startup Américaine. Le principe ? Vous déposez votre téléphone dans ce qui ressemble fortement à un distributeur automatique…sauf que, pour une fois, c’est vous qui remplissez sont stock, et c’est la machine qui vous paye. Concrètement, la machine utilise plusieurs capteurs pour déterminer la marque et l’état du mobile, en échange de cash ou de coupons. Pour éviter d’attirer les voleurs de portables, qui pourraient utiliser ces machines pour écouler rapidement leurs stocks, une pièce d’identité et une empreinte sont demandés.

Il est aussi commun d’oublier qu’en Europe, la réglementation DEEE implique que « Les entreprises doivent assurer le recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques qu’elles utilisent. ». Si vous ne savez pas quoi faire de votre mobile, vous pouvez donc le ramener là où vous l’avez acheté. Cela dit, ce ne seront pas forcément les plus efficaces dans cette tâche…
Ce qui complique la tâche du recyclage dans le mobile, ce sont aussi les chargeurs. Même si la tendance au « chargeur universel » voire au « mobile universel » prend peu à peu corps…

Qu’en est-il de la France ?

Les plus grandes entreprises du monde publient depuis maintenant quelques années un rapport développement durable. Une recherche sur google.fr sur « recyclage mobile » renvoie 6 millions de résultats, pour presque autant de sites d’entreprises ou d’information sur le sujet.

Une étude  pour l’AFOM (Association Française des Opérateurs Mobile) réalisée en 2012 montrait qu’à l’achat d’un nouveau mobile, 43% des sondés ont simplement rangé dans un tiroir leur ancien mobile. 42% l’ayant confié à des proches. Il semble donc qu’il y ait un manque de communication, ou en tout cas d’impact de celle-ci chez les consommateurs français.

C’est peut-être là que le bât blesse : la cacophonie qu’implique le nombre grandissant d’acteurs empêche le consommateur d’y voir clair. D’où la montée en flèche des sites comparateurs de solutions de recyclage pour mobile. Si le recyclage des piles progresse d’année en année , on peut espérer que celui des mobiles en fasse autant.

Un chiffre, peut-être, pour convaincre les indécis à recycler leur téléphone :
-125 millions de tonnes de CO2/an, pour un usage normal (source : journal The Guardian). Si vous le gardez lorsque vous en changez, l’empreinte écologie correspond à la consommation d’énergie d’un avion sur 57km. Si vous le recyclez, ce chiffre tombe à 29.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le !

Actualités relatives à l'article

Poster un commentaire

0 Commentaire

Ajouter votre commentaire

Vendez votre téléphone

Entrez le modèle de votre téléphone portable ci-dessous et trouvez la meilleure offre de rachat parmi les offres proposées par nos recycleurs partenaires.

Recherche en cours

Reprises mobiles populaires

Liens utiles

Partager

Faites découvrir RachatdeMobile à votre entourage !